BIOGRAPHIE

 

 

Paul Menville vit à Toulouse en France, il a 67 ans. Il a été très tôt passionné par les métiers de l’image. Tout jeune, il bricolait déjà  des films super 8mm avec le club amateur de Pau, sa ville natale. Il fréquentait l’atelier photo de la Maison des Jeunes du quartier. Mais il savait que, pour faire de cette passion devienne un métier, il allait falloir obligatoirement « monter » à Paris. 

En 1973, il intègre l’École Nationale Louis Lumière en section son et vidéo. Il a 18 ans et il quitte Pau pour aller vivre à Paris. 

Après trois ans d’étude, il part en Afrique comme responsable de l’audio-visuel dans le centre culturel Français de Pointe-Noire (Congo).  Il a la chance de disposer de matériel de prise de vue et d’un laboratoire noir & blanc. Les plages de l’Afrique désertes et rectilignes s ‘étendent à l’infini… Elles seront le décor de ses premières photographies.

En 1979, de retour en France, il s’installe à Toulouse où il va enseigner l’audio-visuel pendant une dizaine d’années. Parallèlement, il continue à photographier pour son plaisir. Il commence à photographier ses copains, ses copines, les bords de mer, ses amours, l’océan, ses voyages… Il commence à exposer ses premiers travaux. Une sélection pour une participation à l’exposition « la jeune photographie toulousaine » organisée par Jean Dieuzaide, en 1982 à la galerie du Château d’eau, l’encourage à continuer.

Mais en 1993, il quitte l’enseignement public pour exercer le métier qu’il a toujours voulu exercer, celui de cameraman. Cette reconversion aura pour conséquence la mise en sommeil de ses activités de photographe pendant plusieurs années. Négatifs et diapositives, la plupart  inexploités, se retrouvent stockés dans des placards. Monteur-cameraman « news » pour TF1 pendant cinq ans, il va également signer l’image de plusieurs documentaires et collaborer à des émissions de reportages comme « Thalassa » et « Faut pas rêver » de France Télévision. Père de trois enfants, il doit subvenir au besoin de sa petite famille et pendant une vingtaine d’années, il écrit et réalise de très nombreux films publicitaires et de communication.

En 2010, il est diagnostiqué d’une maladie dégénérative, la maladie de parkinson. Il décide de ne rien changer à ses objectifs, mais de ne se consacrer, dorénavant, uniquement à ses projets personnels. Il retourne à sa première passion, la photographie.

D’une part, il récupère toute la matière argentique dont il disposait (négatifs, diapositives), pour travailler ces images en post-production. D’autre-part, il reprends la prise de vue en numérique et traite lui-même ses images, 

Il peut ainsi, à nouveau, proposer ses séries photographiques et commencer à exposer ses travaux. Dans le domaine du cinéma il a réalisé deux courts-métrages.

 
 
Expositions

Exposition à la Galerie du Château-d’Eau dans le cadre d’une exposition collective « La jeune photographie Toulousaine » – juillet 1982.
Exposition au Gai-Pêcheur »à Toulouse -2015-
Expositions aux « Rendez-vous Image» à Strasbourg -2017 et 2020
Expositions au Café Galerie Le-Cactus -2018 et 2021 – dans le cadre de la Saison Photo à Toulouse
Exposition à Léguevin en Participation à Mai-Photographique IBO – Mai 2019 –
Exposition à la société TAHLES, à Toulouse – 2019 –
Exposition en ligne sur le site du Corridor Éléphant. Décembre 2019